Cours de français gratuitsRecevoir 1 leçon gratuite chaque semaine // Créer un test
Connectez-vous !

Cliquez ici pour vous connecter
Nouveau compte
4 millions de comptes créés

100% gratuit !
[Avantages]

  • Accueil
  • Accès rapides
  • Imprimer
  • Livre d'or
  • Plan du site
  • Recommander
  • Signaler un bug
  • Faire un lien

  • Comme des milliers de personnes, recevez gratuitement chaque semaine une leçon de français !

    > Recommandés:
    -Jeux gratuits
    -Nos autres sites
       



    Mon observation étant une étrangère

    Cours gratuits > Forum > Apprendre le français || En bas

    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    Mon observation étant une étrangère
    Message de lefuongthuy posté le 21-01-2018 à 12:27:48 (S | E | F)
    Bonjour,
    Merci de m’aider à corriger ce petit paragraphe. Merci.

    Etant une étrangère s’installant en France il y a quelques mois, j’apprends plein de choses sur la vie en France et apprends à connaître moi-même quand je suis loins de mon milieu de confort. Je voudrais vous partager ici une observation concernant le comportment des êtres humains, que je prends le plaisir de découvrir. Pour la langue française, je ne suis pas débutante dans la langue, mais mon niveau n’est pas encore suffisant pour pouvoir entrainer une conversation à un rythme normal avec les français. Si c’est une conversation un par un, mon locuteur sera alors patient avec moi. Il parlerait doucement et me laisserait le temps pour formuler mon idée et ma phrase avant qu’elles puissent sortir de ma bouche. Mais si je suis dans un groupe de plusieurs français ( c’est souvent le cas pendant un repas ou un café avec les autres amis français ), je ne parle pas si beaucoup que je le voudrais. Ne pas encore comprendre ce que les gens disent, manque de connaissance sur le sujet de discussion, manque de temps pour formuler ma phrase avant que quelqu’un d’autres prenne la parole, et parce que je suis un peu timide et polie, je resterai alors muette la plus part de temps. Je ne parlerai que quand quelqu’un dans le groupe me pose une question ou quand il y a une petite silence où chacun est dans son moment de réflection. Bref, je ne parle pas beaucoup. Du coup, je développe une capacité d’observation des gens et je passe du temps à les écouter. Et le soir en rentrant chez nous, quand mon mari me demande comment je trouve telle ou telle personne, je peux presque dire exactement comment son caractère pourrait être, même si je ne la connait qu’il y a juste quelques heures avant. Je trouve que les gens ont tendance à pouvoir parler et s’exprimer leurs idées trop vite, sans prendre du temps à écouter ce que les autres veulvent dire. Ils veulvent justifier leur raisonnement sans écouter suffisanment celui d’autres. Vu le comportement des gens comme cela, je reflechis alors à mon comportement quand j’étais dans mon propre pays, parlant ma langue maternelle et étant avec les gens que je connais depuis long temps. Nous avaient pas mal de moments de malentendu comme cela. Nous parlons trop et n’ecoutons pas suffisanment. Le fait de ne pas pouvoir practiquer ce mauvais comportement en France et l’observer à traverse des gens qui le pratiquent, je tire une leçon moi-même. C’est de parler doucement, écouter plus et ne pas faire de supposition. Bien sure, je dois aussi améliorer mon français et approndir ma connaisance sur la France et ce que les français s’intéressent pour pourvoir après amener une conversation normale avec eux. Personne ne veut être avec un ami sans opinion et sans intérêt à ce qui l’entoure.

    Merci beaucoup.


    Réponse : Mon observation étant une étrangère de jij33, postée le 22-01-2018 à 11:27:28 (S | E)
    Bonjour lefuongthuy
    Les fautes d'orthographe lexicales seront signalées par devant le mot souligné.
    Conjugaison de vouloir : Lien internet
    Pour mettre les accents sur les majuscules de début de phrases, cette page sur les caractères spéciaux est utile : Lien internet

    Etant (accent sur les majuscules) une étrangère s’installant (plutôt le participe passé du verbe installer) en France il y a quelques mois, j’apprends plein (autre mot : l'adverbe "plein" est familier et à réserver à l'oral) de choses sur la vie en France et (répéter le sujet ou supprimer "apprends", ce qui éviterait la répétition) apprends à (pronom personnel COD, 1e personne du singulier) connaître moi-même quand je suis loins de mon milieu de confort. Je voudrais (ajouter une préposition introduisant un complément d'accompagnement) vous partager ici une observation concernant le comportment des êtres humains, que je prends le plaisir de (on dit "prendre plaisir à") découvrir. Pour la langue française, je ne suis pas débutante dans la langue (inutile), mais mon niveau n’est pas encore suffisant pour pouvoir entrainer (autre verbe : on dit tenir, soutenir ou avoir une conversation)) une conversation à un rythme normal avec les français (majuscule quand c'est un nom, minuscule quand c'est un adjectif). Si c’est une conversation un par un (ne se dit pas : en tête à tête ou avec une seule personne), mon (il manque un préfixe devant "locuteur") locuteur sera alors patient avec moi. Il parlerait (gardez le futur) doucement (plutôt l'adverbe formé sur lent) et et me laisserait (idem) le temps pour (autre préposition) formuler mon idée et ma phrase avant qu’elles puissent sortir de ma bouche. Mais si je suis dans un groupe de plusieurs français ( c’est souvent le cas pendant un repas ou un café avec les autres amis français ), je ne parle pas si beaucoup (incorrect : voir Lien internet
    que je le voudrais. Ne pas encore comprendre ce que les gens disent, (déterminant défini) manque de connaissance sur le sujet de discussion, (idem) manque de temps pour formuler ma phrase avant que quelqu’un d’autres (au singulier) prenne la parole, et parce que je suis un peu timide et polie, je resterai alors (construction incorrecte : remplacer par "me laissent muette" et placer le groupe souligné et mis en italique à la fin de la phrase) muette la plus part de temps. Je ne parlerai (au présent, comme les verbes qui suivent) que quand quelqu’un dans le groupe me pose une question ou quand il y a une petite (accord en genre avec silence") silence où chacun est dans son moment de réflection. Bref, je ne parle pas beaucoup. Du coup, je développe une capacité d’observation des gens et je passe du temps à les écouter. Et le soir en rentrant chez nous, quand mon mari me demande comment je trouve telle ou telle personne, je peux presque dire exactement comment son caractère pourrait être, même si je ne la connait (accord sujet verbe) qu’il y a juste quelques heures avant (mal dit : remplacer "ne...que" par seulement + une préposition de temps). Je trouve que les gens ont tendance à pouvoir parler et s’ (verbe à la voix active et non pronominale) exprimer leurs idées trop vite, sans prendre du temps à (autre préposition) écouter ce que les autres veulvent (conjugaison, voir lien ci-dessus) dire. Ils veulvent justifier leur raisonnement sans écouter suffisanment celui d’autres personnes (ou celui des autres). Vu le comportement des (préposition + déterminant démonstratif) et supprimer le groupe barré) gens comme cela, je reflechis (il manque les accents) alors à mon comportement quand j’étais dans mon propre pays, parlant ma langue maternelle et étant avec les gens que je connais depuis long temps. Nous avaient (sujet ? Nous...) pas mal de moments de malentendu comme cela. Nous parlons trop et n’ecoutons (accent) pas suffisanment. (introduire "le fait de" par "Grâce à") Le fait de de ne pas pouvoir practiquer ce mauvais comportement en France et de l’observer à traverse des gens qui le pratiquent, je tire une leçon (préposition) moi-même. C’est de parler doucement (autre adverbe), écouter plus et ne pas faire de supposition. Bien sure, je dois aussi améliorer mon français et approndir ma connaisance (ma connaissance de la France ou mes connaissances sur la France. c'est compliqué !) sur la France et ce que (autre pronom relatif, précédé de la préposition à) les français s’intéressent pour pourvoir après (autre adverbe de temps : "après est plutôt employé comme préposition) amener (autre verbe) une conversation normale avec eux. Personne ne veut être avec un ami sans opinion et sans intérêt à (autre préposition) ce qui l’entoure.
    Bonne première correction.



    Réponse : Mon observation étant une étrangère de lefuongthuy, postée le 24-01-2018 à 03:17:55 (S | E)
    Bonjour,
    Voici la correction. Merci.

    Étant une étrangère installée ( pourquoi n’est-ce pas le verbe pronominal s’installer? Pourtant on dit: s’installer en France ) en France il y a quelques mois, j’apprends énormément de choses sur la vie en France et à me connaître moi-même quand je suis loin de mon milieu de confort. Je voudrais partager avec vous ici une observation concernant le comportement des êtres humains, que je prends le plaisir à découvrir. Pour la langue française, je ne suis pas débutante, mais mon niveau n’est pas encore suffisant pour pouvoir tenir une conversation à un rythme normal avec les Français. Si c’est une conversation en tête à tête, mon interlocuteur sera alors patient avec moi. Il parlera lentement et me laissera le temps de formuler mon idée et ma phrase avant qu’elles puissent sortir de ma bouche. Mais si je suis dans un groupe de plusieurs personnes ( c’est souvent le cas pendant un repas ou un café avec les autres amis Français ), je ne parle pas si souvent que je le voudrais. Ne pas encore comprendre ce que les gens disent, le manque de connaissance sur le sujet de discussion, le manque de temps pour formuler ma phrase avant que quelqu’un d’autre prenne la parole me laissent muette la plupart du temps parce que je suis un peu timide et polie. Je ne parle que quand quelqu’un dans le groupe me pose une question ou quand il y a un petit silence où chacun est dans son moment de réflexion. Bref, je ne parle pas beaucoup. Du coup, je développe une capacité d’observation des gens et je passe du temps à les écouter. Le soir en rentrant chez nous, quand mon mari me demande comment je trouve telle ou telle personne, je peux presque dire exactement comment son caractère pourrait être, même si je la connais depuis seulement quelques heures auparavant. Je trouve que les gens ont tendance à pouvoir parler et exprimer leurs idées trop vite, sans prendre du temps pour écouter ce que les autres veulent dire. Ils veulent justifier leur raisonnement sans écouter suffisamment celui des autres. Vu le comportement de ces gens, je réfléchis alors à mon comportement quand j’étais dans mon propre pays, parlant ma langue maternelle et étant avec les gens que je connais depuis longtemps. Nous avions pas mal de moments de malentendu comme cela. Nous parlons trop et n’écoutons pas suffisamment. Grâce à ne pas pouvoir pratiquer ce mauvais comportement en France et de l’observer à travers des gens qui le pratiquent, je tire une leçon pour moi-même. C’est de parler lentement, écouter davantage et ne pas faire de supposition. Biensure, je dois aussi améliorer mon français et cultiver ma connaissance de la France et ce à quoi les Français s’intéressent pour pouvoir ensuite tenir une conversation normale avec eux. Personne ne veut être avec un ami sans opinion et sans intérêt de ce qui l’entoure.



    Réponse : Mon observation étant une étrangère de jij33, postée le 24-01-2018 à 08:09:48 (S | E)
    Bonjour
    C'est beaucoup mieux !
    Pour répondre à votre question, s'installant, au participe présent, signifie qu'on est en train de s'installer. Vous vivez en France depuis quelques mois, vous y êtes donc maintenant installée. Vous auriez pu éventuellement dire étant une étrangère s'étant installée, grammaticalement juste, mais extrêmement lourd, donc maladroit. Privilégiez toujours l'expression la plus simple et la plus précise possible en supprimant tout ce qui n'apporte rien à la compréhension de l'idée.

    Étant une étrangère installée en France il y a (une préposition conviendrait mieux : voir la deuxième phrase ci-dessus) quelques mois, j’apprends énormément de choses sur la vie en France et à me connaître moi-même quand je suis loin de mon milieu de confort. Je voudrais partager avec vous ici une observation concernant le comportement des êtres humains, que je prends le (supprimer, car l'expression est "prendre plaisir à découvrir") plaisir à découvrir . Pour la langue française, je ne suis pas débutante, mais mon niveau n’est pas encore suffisant pour pouvoir tenir une conversation à un rythme normal avec les Français. Si c’est une conversation en tête à tête, mon interlocuteur sera alors patient avec moi. Il parlera lentement et me laissera le temps de formuler mon idée et ma phrase avant qu’elles puissent sortir de ma bouche. Mais si je suis dans un groupe de plusieurs personnes ( (pas d'espace après une parenthèse ouvrante ni avant une parenthèse fermante) c’est souvent le cas pendant un repas ou un café avec les autres amis Français (ici, c'est un adjectif épithète de "amis', et non un nom propre de nationalité, donc pas de majuscule) ), je ne parle pas si (adverbe un peu plus long, se terminant de la même façon) souvent que je le voudrais. Ne pas encore comprendre ce que les gens disent, le manque de connaissance sur le sujet de discussion, le manque de temps pour formuler ma phrase avant que quelqu’un d’autre prenne la parole me laissent muette la plupart du temps parce que je suis un peu timide et polie. Je ne parle que quand quelqu’un dans le groupe me pose une question ou quand il y a un petit silence où chacun est dans son moment de réflexion. Bref, je ne parle pas beaucoup. Du coup, je développe une capacité d’observation des gens et je passe du temps à les écouter. Le soir en rentrant chez nous, quand mon mari me demande comment je trouve telle ou telle personne, je peux presque dire exactement comment son caractère pourrait être, même si je la connais depuis seulement quelques heures auparavant (inutile : l'idée de point de départ est déjà contenue dans "depuis"). Je trouve que les gens ont tendance à pouvoir (n'apporte rien : supprimer) parler et exprimer leurs idées trop vite, sans prendre du temps pour écouter ce que les autres veulent dire. Ils veulent justifier leur raisonnement sans écouter suffisamment celui des autres. Vu le comportement de ces gens, je réfléchis alors à mon comportement (vous pouvez éviter la répétition en employant un pronom possessif) quand j’étais dans mon propre pays, parlant ma langue maternelle et étant avec les gens que je connais depuis longtemps. Nous avions pas mal de (un peu familier : un déterminant indéfini conviendrait mieux) moments de malentendu comme cela. Nous parlons trop et n’écoutons pas suffisamment. Grâce à (plutôt "de" ou "du fait de" car vous tirez une leçon sur vous-même du fait de ne pas pouvoir pratiquer ce genre de comportement en France) ne pas pouvoir pratiquer ce mauvais comportement en France et de l’observer à travers des gens qui le pratiquent, je tire une leçon pour moi-même. C’est de parler lentement, écouter davantage et ne pas faire de supposition. Biensure (orthographe : locution adverbiale en deux mots et il manque un accent circonflexe) je dois aussi améliorer mon français et cultiver ma connaissance de la France et (répéter la préposition : on dit par exemple "ma connaissance de la langue et de la culture") ce à quoi les Français s’intéressent pour pouvoir ensuite tenir une conversation normale avec eux. Personne ne veut être avec (mieux : avoir) un ami sans opinion et sans intérêt de (autre préposition : on a de l'intérêt pour quelque chose) ce qui l’entoure.
    Bonne journée.



    Réponse : Mon observation étant une étrangère de lefuongthuy, postée le 25-01-2018 à 06:13:27 (S | E)
    Bonjour,

    Étant une étrangère installée en France depuis quelques mois, j’apprends énormément de choses sur la vie en France et à me connaître moi-même quand je suis loin de mon milieu de confort. Je voudrais partager avec vous ici une observation concernant le comportement des êtres humains, que je prends plaisir à découvrir. Pour la langue française, je ne suis pas débutante, mais mon niveau n’est pas encore suffisant pour pouvoir tenir une conversation à un rythme normal avec les Français. Si c’est une conversation en tête à tête, mon interlocuteur sera alors patient avec moi. Il parlera lentement et me laissera le temps de formuler mon idée et ma phrase avant qu’elles puissent sortir de ma bouche. Mais si je suis dans un groupe de plusieurs personnes (c’est souvent le cas pendant un repas ou un café avec les autres amis français), je ne parle pas aussi souvent que je le voudrais. Ne pas encore comprendre ce que les gens disent, le manque de connaissance sur le sujet de discussion, le manque de temps pour formuler ma phrase avant que quelqu’un d’autre prenne la parole me laissent muette la plupart du temps parce que je suis un peu timide et polie. Je ne parle que quand quelqu’un dans le groupe me pose une question ou quand il y a un petit silence où chacun est dans son moment de réflexion. Bref, je ne parle pas beaucoup. Du coup, je développe une capacité d’observation des gens et je passe du temps à les écouter. Le soir en rentrant chez nous, quand mon mari me demande comment je trouve telle ou telle personne, je peux presque dire exactement comment son caractère pourrait être, même si je la connais depuis seulement quelques heures. Je trouve que les gens ont tendance à parler et à exprimer leurs idées trop vite, sans prendre du temps pour écouter ce que les autres veulent dire. Ils veulent justifier leur raisonnement sans écouter suffisamment celui des autres. Vu le comportement de ces gens, je réfléchis alors au mien quand j’étais dans mon propre pays, parlant ma langue maternelle et étant avec les gens que je connais depuis longtemps. Nous avions quelques moments de malentendu comme cela. Nous parlons trop et n’écoutons pas suffisamment. Du fait de ne pas pouvoir pratiquer ce mauvais comportement en France et de l’observer à travers des gens qui le pratiquent, je tire une leçon pour moi-même. C’est de parler lentement, d’écouter davantage et de ne pas faire de supposition. Bien sûr je dois aussi améliorer mon français et cultiver ma connaissance de la France et de ce à quoi les Français s’intéressent pour pouvoir ensuite soutenir une conversation normale avec eux. Personne ne veut avoir un ami sans opinion et sans intérêt pour ce qui l’entoure.



    Réponse : Mon observation étant une étrangère de jij33, postée le 25-01-2018 à 14:30:03 (S | E)
    C'est très bien !



    Réponse : Mon observation étant une étrangère de lefuongthuy, postée le 27-01-2018 à 07:06:57 (S | E)
    Merci beaucoup et bonne journée.



    Réponse : Mon observation étant une étrangère de jij33, postée le 27-01-2018 à 07:25:21 (S | E)
    Avec plaisir !




    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    Cours gratuits > Forum > Apprendre le français




    Publicité :





     


    > INDISPENSABLES : TESTEZ VOTRE NIVEAU | GUIDE DE TRAVAIL | NOS MEILLEURES FICHES | Les fiches les plus populaires | Recevez une leçon par semaine | Exercices | Aide/Contact

    > INSEREZ UN PEU DE FRANÇAIS DANS VOTRE VIE QUOTIDIENNE ! Rejoignez-nous gratuitement sur les réseaux :
    Instagram | Facebook | Twitter | RSS | Linkedin | Email

    > NOS AUTRES SITES GRATUITS : Cours d'anglais | Cours de mathématiques | Cours d'espagnol | Cours d'italien | Cours d'allemand | Cours de néerlandais | Tests de culture générale | Cours de japonais | Rapidité au clavier | Cours de latin | Cours de provencal | Moteur de recherche sites éducatifs | Outils utiles | Bac d'anglais | Our sites in English

    > INFORMATIONS : Copyright - En savoir plus, Aide, Contactez-nous [Conditions d'utilisation] [Conseils de sécurité] [Plan du site] Reproductions et traductions interdites sur tout support (voir conditions) | Contenu des sites déposé chaque semaine chez un huissier de justice | Mentions légales / Vie privée / Cookies.
    | Cours et exercices de français 100% gratuits, hors abonnement internet auprès d'un fournisseur d'accès. | Livre d'or | Partager sur les réseaux