Accueil du site pour apprendre le français Créer un test / 1 leçon par semaine
Connectez-vous !

Cliquez ici pour vous connecter
Nouveau compte
4 millions de comptes créés

100% gratuit !
[Avantages]

  • Accueil
  • Accès rapides
  • Imprimer
  • Livre d'or
  • Plan du site
  • Recommander
  • Signaler un bug
  • Faire un lien

  • Comme des milliers de personnes, recevez gratuitement chaque semaine une leçon de français !





    > Publicités :




    > Recommandés:
    -Jeux gratuits
    -Nos autres sites
       



    Super-sourde

    Cours gratuits > Forum > Apprendre le français || En bas

    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    Super-sourde
    Message de lefuongthuy posté le 12-06-2018 à 16:15:32 (S | E | F)
    Bonjour,
    Pourriez-vous m'aider à corriger ce texte ? Merci.

    Je voudrais vous parler d’un livre que j’ai lu il quelques mois, mais que je retiens souvent dans ma tête. C’est un livre d’une auteure américaine, mais je l’ai lu en version française. Le titre est « Super-sourde » de Cece Bell. C’est un livre roman graphique. Un roman graphique consiste un volume unique, tant dit qu’un band dessinée peut avoir plusieurs tomes.
    Le livre raconte la vie d’une petite fille. Un jour elle n’arrive plus d’entendre les autres. A l’audiologie, on dit qu’elle est sourde à l’âge de quatre ans and qu’elle a besoin d’une aide auditive. L’histoire se déroule ensuite les premières frustrations de la fille de porter un appareil auditif devant les autres, spécialement devant d’autres élèves à l’école.
    A l’école, en plus des matières comme mathématique, littérature, écrit, notre pauvre petite fille doit assister aussi au cours de la lecture labiale. Cela veut dire de lire sur les lèvres en accompagnant les gestes, le contexte et les indices visuels. Même avec ces techniques, il est parfois difficile pour un sourde de lire quand il fait nuit, ou quand interlocuteur tourne le dos en parlant, ou quand il écoute quelqu’un à la radio sans pouvoir la regarder, ou simplement quand le personne en face porte une moustache. Quand les autres camarades écoutent la radio et se mettent à rire, elle fait semblant à rire aussi. Pour un enfant à son âge, il devrait être très excité de découvrir le monde autour de lui et de connaître soi-même. Ce handicap fait tellement suffire à notre petite fille innocente. Les élèves se comportent différemment avec elle par gentillesse, par curiosité ou par pitié. Et elle, pour être acceptée dans le group, fait semblant d’être cool, cache ses angoisse, et ne pas montrer ses vrais sentiments ou ses vraies pensées. Elle se sent frustrée de ne pas pourvoir dire à sa meilleure amie qu’il n’est pas la peine de crier pour qu’elle la comprenne. Pour un sourd, il n’est pas la question de volume du son. Ou quand elle fait une nuit de pyjama chez une amie et quand la nuit tombe, les autres filles éteignent la lumière et continuent à bavarder, en absence de gestes et indices visuels, notre fille ne comprend rien. Elle est très déçue et la soirée est très longue pour elle.
    Mais pas toutes les choses sont mauvaises pour un sourd. Une amie trouve que un sourd a un superpouvoir ( d’où vient le titre de notre roman graphique) : il ne doit pas écouter les autres quand il le souhaite simplement en éteignant l’appareil auditif. Elle trouve que Cece est un génie.
    Pour moi, le livre est émouvant et éducatif pas seulement pour les enfants mais aussi pour nous, les adultes. Des fois j’ai pleuré en lirant quelques incidents qui sont arrivés à Cece. Grâce à ce livre, je comprends mieux la vie d’un sourd, sa bataille et son audace pour surmonter tous les difficultés pour mener une vie normale comme le nôtre. C’est une chance d’être né sans handicap physique. Souvent nous considérons que c’est normal de pourvoir entendre, voir, ou avoir les pieds pour marcher… Il n’est pas évident tous cela pour un handicap. J’apprécie plus mon corps et à quel point je suis chanceuse avoir un physique normal.
    Je félicite aussi la moderne technologie qui permet aux handicaps la capacité d’entendre, de marcher et même un jour de jouer au sport comme nous les voyons aux jeux Para Olympics.


    Réponse : Super-sourde de jij33, postée le 13-06-2018 à 07:35:45 (S | E)
    Bonjour lefuongthuy
    Votre texte étant long, nous procéderons en deux étapes. Vous pouvez commencer à le corriger.

    Je voudrais vous parler d’un livre que j’ai lu il (il manque deux mots) quelques mois, mais que je retiens souvent dans ma tête (mieux : qui me revient souvent en mémoire). C’est un livre d’une auteure américaine, mais je l’ai lu en version française. Le titre est « Super-sourde » (virgule) de Cece Bell. C’est un livre (supprimer) roman graphique. Un roman graphique consiste (il manque une préposition) un volume unique, tant dit (orthographe) qu’un band (orthographe et accord du déterminant) dessinée peut avoir plusieurs tomes.
    Le livre raconte la vie d’une petite fille. Un jour elle n’arrive plus d’ (autre préposition : on arrive à faire quelque chose et on arrive de Paris) entendre les autres. A l’audiologie, on dit qu’elle est sourde à depuis l’âge de quatre ans and (en français) qu’elle a besoin d’une aide auditive. L’histoire se déroule (mieux : raconter) ensuite les premières frustrations (il s'agit plutôt de complexes) de la fille de porter (remplacer par une proposition subordonnée relative) un appareil auditif devant les autres, spécialement devant d’autres élèves à l’école.
    A l’école, en plus des matières comme mathématique, littérature, écrit (plutôt "expression écrite"), notre pauvre petite fille doit assister aussi au cours de la (supprimer) lecture labiale. Cela veut dire de (idem) lire sur les lèvres en accompagnant les ("en accompagnement des" ou "pour mieux interpréter les") gestes, le contexte et les indices visuels. Même avec ces techniques, il est parfois difficile pour un sourde (au masculin) de lire quand il fait nuit, ou quand (ajouter un déterminant) interlocuteur tourne le dos en parlant, ou quand il écoute quelqu’un à la radio sans pouvoir la (reprend le pronom masculin "quelqu'un") regarder, ou simplement quand le (le nom qui suit est féminin) personne en face porte une moustache. Quand les autres camarades écoutent la radio et se mettent à rire, elle fait semblant à (on fait semblant de) rire aussi. Pour un enfant à (autre préposition) son âge, il (supprimer les mots soulignés et la virgule) devrait être très excité de découvrir le monde autour de lui et de se connaître soi-même (on dit "il faut se connaître soi-même" mais "il se connaît lui-même", nous nous connaissons nous-mêmes, etc). Ce handicap fait tellement suffire (confusion avec le verbe exprimant la souffrance, qui est transitif direct : il faut donc supprimer "à") à notre petite fille innocente. Les élèves se comportent différemment avec elle par gentillesse, par curiosité ou par pitié. Et elle, pour être acceptée dans le group (vous avez écrit ce mot en anglais), fait semblant d’être cool, cache ses angoisse (le déterminant "ses" implique le pluriel pour le nom) , et ne pas montrer (à conjuguer au présent, comme les verbes précédents) ses vrais sentiments ou ses vraies pensées. Elle se sent frustrée de ne pas pourvoir (une lettre en trop) dire à sa meilleure amie qu’il que ce n’est pas la peine de crier pour qu’elle la comprenne. Pour un sourd, il n’est pas la (supprimer) question de volume du son. Ou (inutile) quand elle fait une nuit de pyjama (on dit "une soirée pyjama") chez une amie et quand la nuit tombe, les autres filles éteignent la lumière et continuent à bavarder, (ajouter une conjonction de coordination exprimant l'opposition) en absence de gestes et indices visuels, notre fille ne comprend rien. Elle est très déçue et la soirée est très longue pour elle.
    Bonne correction.



    Réponse : Super-sourde de lefuongthuy, postée le 14-06-2018 à 10:50:14 (S | E)
    Bonjour jij33,
    Merci pour votre temps. Voici la correction.

    Je voudrais vous parler d’un livre que j’ai lu il y a quelques mois, mais qui me revient souvent en mémoire. C’est un livre d’une auteure américaine, mais je l’ai lu en version française. Le titre est « Super-sourde », de Cece Bell. C’est un roman graphique. Un roman graphique consiste en un volume unique, tandis qu’une bande dessinée peut avoir plusieurs tomes.
    Le livre raconte la vie d’une petite fille. Un jour elle n’arrive plus à entendre les autres. A l’audiologie, on dit qu’elle est sourde depuis l’âge de quatre ans et qu’elle a besoin d’une aide auditive. L’histoire raconte ensuite les premiers complexes de la fille qui doit porter un appareil auditif devant les autres, spécialement devant d’autres élèves à l’école.
    A l’école, en plus des matières comme mathématique, littérature, expression écrite, notre pauvre petite fille doit assister aussi au cours de lecture labiale. Cela veut dire lire sur les lèvres en accompagnement des gestes, du contexte et des indices visuels. Même avec ces techniques, il est parfois difficile pour un sourd de lire quand il fait nuit, ou quand l’interlocuteur tourne le dos en parlant, ou quand il écoute quelqu’un à la radio sans pouvoir le regarder, ou simplement quand la personne en face porte une moustache. Quand les autres camarades écoutent la radio et se mettent à rire, elle fait semblant de rire aussi pour ne pas paraître différente. Un enfant de son âge devrait être très excité de découvrir le monde autour de lui et de se connaître lui-même. Mais ce handicap fait tellement souffrir notre petite fille innocente. Les élèves se comportent différemment avec elle par gentillesse, par curiosité ou par pitié. Et elle, pour être acceptée dans le groupe, fait semblant d’être cool, cache ses angoisses, et ne pas montre ses vrais sentiments ou ses vraies pensées. Elle se sent frustrée de ne pas pouvoir dire à sa meilleure amie que ce n’est pas la peine de crier pour qu’elle la comprenne. Pour un sourd, il n’est pas question de volume du son. Quand elle fait une soirée de pyjama chez une amie et quand la nuit tombe, les autres filles éteignent la lumière et continuent à bavarder, mais en absence de gestes et d’indices visuels, notre fille ne comprend rien. Elle est très déçue et la soirée est très longue pour elle.



    Réponse : Super-sourde de jij33, postée le 14-06-2018 à 14:19:07 (S | E)
    Bonjour lefuongthuy
    Je voudrais vous parler d’un livre que j’ai lu il y a quelques mois, mais qui me revient souvent en mémoire. C’est un livre d’une auteure américaine, mais je l’ai lu en version française. Le titre est « Super-sourde », de Cece Bell. C’est un roman graphique. Un roman graphique consiste en un volume unique, tandis qu’une bande dessinée peut avoir plusieurs tomes.
    Le livre raconte la vie d’une petite fille. Un jour elle n’arrive plus à entendre les autres. A l’audiologie, on dit qu’elle est sourde depuis l’âge de quatre ans et qu’elle a besoin d’une aide auditive. L’histoire raconte ensuite les premiers complexes de la fillette qui doit porter un appareil auditif devant les autres, spécialement devant d’autres élèves à l’école.
    A l’école, en plus des matières comme mathématique (généralement au pluriel, bien que l'on dise aussi la mathématique dans certains cas), littérature, expression écrite, notre pauvre petite fille doit assister aussi au cours de lecture labiale. Cela veut dire lire sur les lèvres en accompagnement des gestes, du contexte et des indices visuels. Même avec ces techniques, il est parfois (adverbe trop faible ou adjectif trop faible, ou les deux !) difficile pour un sourd de lire (c'est même impossible pour tout le monde : ajouter "sur les lèvres") quand il fait nuit, ou quand l’interlocuteur tourne le dos en parlant, ou quand il écoute quelqu’un à la radio sans pouvoir le regarder, ou simplement quand la personne en face porte une moustache. Quand les autres camarades écoutent la radio et se mettent à rire, elle fait semblant de rire aussi pour ne pas paraître différente. Un enfant de son âge devrait être très excité de découvrir le monde autour de lui et de se connaître lui-même. Mais ce handicap fait tellement souffrir notre petite fille innocente. (plutôt un point d'exclamation) Les élèves se comportent différemment avec elle par gentillesse, par curiosité ou par pitié. Et elle, pour être acceptée dans le groupe, fait semblant d’être cool (entre guillemets pour montrer que vous savez que c'est un mot appartenant au registre familier), cache ses angoisses, et ne pas montre (entre les deux parties de la négation) ses vrais sentiments ou ses vraies pensées. Elle se sent frustrée de ne pas pouvoir dire à sa meilleure amie que ce n’est pas la peine de crier pour qu’elle la comprenne. Pour un sourd, il n’est pas question de volume du son (mieux : ce n'est pas le volume du son qui est en question ou qui pose problème : on dit "il n'est pas question que j'aille à la plage par ce temps épouvantable", "il n'est pas question que je te prête deux mille euros"... Cela exprime un refus catégorique) Quand elle fait une soirée de (supprimer : on parle de "soirée pyjama") pyjama chez une amie et quand la nuit tombe, les autres filles éteignent la lumière et continuent à bavarder, mais en (ajouter un déterminant défini élidé)absence de gestes et d’indices visuels, notre fille ne comprend rien. Elle est très déçue et la soirée est très longue pour elle.

    Suite !
    Mais pas toutes les choses (périphrase signifiant "tout", préférable ici) sont mauvaises pour un sourd. Une amie trouve que un(élision) sourd a un superpouvoir ( d’où vient le titre de notre roman graphique) : il ne doit (dites plutôt "pouvoir ne pas écouter")pas écouter les autres quand il le souhaite simplement en éteignant l’appareil auditif. Elle trouve que Cece est un génie.
    Pour moi, le livre est émouvant et éducatif pas (autre adverbe de négation) seulement pour les enfants mais aussi pour nous, les adultes. Des fois (familier : autre adverbe + virgule) j’ai pleuré en lirant (attention au participe présent de lire) quelques incidents qui sont arrivés à Cece. Grâce à ce livre, je comprends mieux la vie d’un sourd, sa bataille et son audace pour surmonter tous (accord avec difficultés, dont vous vérifierez le genre) les difficultés pour mener une vie normale comme le (reprend "vie",féminin : je remarque que vous faites maintenant la différence entre le déterminant notre et le pronom le(la, les) nôtre(s) nôtre. C’est une chance d’être né sans handicap physique. Souvent (ponctuation) nous considérons que c’est normal de pourvoir (orthographe) entendre, voir, ou avoir les (déterminant indéfini) pieds pour marcher… Il n’est pas évident tous cela(groupe sujet à mettre au début de la phrase, en supprimant "il" et en accordant "tous" correctement) pour une personne handicapée. J’apprécie plus mon corps et à quel point je suis chanceuse (ajouter une préposition) avoir un physique normal.
    Je félicite aussi la moderne (après le nom: vous êtes influencée par l'anglais technologie qui permet aux handicaps personnes souffrant d'un handicap la capacité (supprimer : "qui permet d'entendre" convient ou "qui offre (donne) la capacité d'entendre") d’entendre, de marcher et même un jour de jouer (autre verbe) au sport comme nous les voyons aux jeux (majuscule) Para Olympics (en un seul mot, en vérifiant l'orthographe).
    Bonne correction.



    Réponse : Super-sourde de lefuongthuy, postée le 15-06-2018 à 09:41:08 (S | E)
    Bonjour jij33,
    Voici la correction :

    A l’école, en plus des matières comme mathématiques, littérature, expression écrite, notre pauvre petite fille doit assister aussi au cours de lecture labiale. Cela veut dire lire sur les lèvres en accompagnement des gestes, du contexte et des indices visuels. Même avec ces techniques, il est souvent difficile de lire sur les lèvres ou voir les gestes quand il fait nuit, ou quand l’interlocuteur tourne le dos en parlant, ou quand il écoute quelqu’un à la radio sans pouvoir le regarder, ou simplement quand la personne en face porte une moustache. Quand les autres camarades écoutent la radio et se mettent à rire, elle fait semblant de rire aussi pour ne pas paraître différente. Un enfant de son âge devrait être très excité de découvrir le monde autour de lui et de se connaître lui-même. Mais ce handicap fait tellement souffrir notre petite fille innocente ! Les élèves se comportent différemment avec elle par gentillesse, par curiosité ou par pitié. Et elle, pour être acceptée dans le groupe, fait semblant d’être « cool », cache ses angoisses et ne montre pas ses vrais sentiments ou ses vraies pensées. Elle se sent frustrée de ne pas pouvoir dire à sa meilleure amie que ce n’est pas la peine de crier pour qu’elle la comprenne. Pour un sourd, ce n’est pas le volume du son qui pose problème. Quand elle fait une soirée pyjama chez une amie et quand la nuit tombe, les autres filles éteignent la lumière et continuent à bavarder, mais en l’absence de gestes et d’indices visuels, notre fille ne comprend rien. Elle est très déçue et la soirée est très longue pour elle.

    Mais pas tout est mauvais pour un sourd. Une amie trouve qu’un sourd a un superpouvoir ( d’où vient le titre de notre roman graphique : super-sourde): il peut ne pas écouter les autres quand il le souhaite simplement en éteignant l’appareil auditif. Elle trouve que Cece est un génie.

    Pour moi, le livre est émouvant et éducatif non seulement pour les enfants mais aussi pour nous, les adultes. Souvent, j’ai pleuré en liant quelques incidents qui sont arrivés à Cece. Grâce à ce livre, je comprends mieux la vie d’un sourd, sa bataille et son audace pour surmonter toutes les difficultés pour mener une vie normale comme la nôtre. C’est une chance d’être né sans handicap physique. Souvent, nous considérons que c’est normal de pouvoir entendre, voir, ou avoir des pieds pour marcher… Tout cela n’est pas évident pour une personne handicapée. J’apprécie plus mon corps et à quel point je suis chanceuse d’avoir un physique normal.
    Je félicite aussi la technologie moderne qui permet aux personnes souffrant d'un handicap d’entendre, de marcher et même un jour de participer au sport comme nous les voyons aux Jeux Paralympics.



    Réponse : Super-sourde de jij33, postée le 15-06-2018 à 11:36:28 (S | E)
    Bonjour lefuongthuy
    Grâce à quelques efforts supplémentaires, vous allez rapidement arriver au bout de vos peines !

    A l’école, en plus des matières comme mathématiques, littérature, expression écrite, notre pauvre petite fille doit assister aussi au cours de lecture labiale. Cela veut dire lire sur les lèvres en accompagnement des gestes, du contexte et des indices visuels. Même avec ces techniques, il est souvent difficile (j'aurais employé un adjectif en rapport avec l'impossibilité) de lire sur les lèvres ou de voir les gestes quand il fait nuit, ou quand l’interlocuteur tourne le dos en parlant, ou quand il écoute quelqu’un à la radio sans pouvoir le regarder, ou simplement quand la personne en face porte une moustache. Quand les autres camarades écoutent la radio et se mettent à rire, elle fait semblant de rire aussi pour ne pas paraître différente. Un enfant de son âge devrait être très excité de découvrir le monde autour de lui et de se connaître lui-même. Mais ce handicap fait tellement souffrir notre petite fille innocente ! Les élèves se comportent différemment avec elle par gentillesse, par curiosité ou par pitié. Et elle, pour être acceptée dans le groupe, fait semblant d’être « cool », cache ses angoisses et ne montre pas ses vrais sentiments ou ses vraies pensées. Elle se sent frustrée de ne pas pouvoir dire à sa meilleure amie que ce n’est pas la peine de crier pour qu’elle la comprenne. Pour un sourd, ce n’est pas le volume du son qui pose problème. Quand elle fait une soirée pyjama chez une amie et quand la nuit tombe, les autres filles éteignent la lumière et continuent à bavarder, mais en l’absence de gestes et d’indices visuels, notre fille ("notre fille" évoque plutôt le lien de parenté : pensez au diminutif en -ette)ne comprend rien. Elle est très déçue et la soirée est très longue pour elle.

    Mais pas tout est mauvais (ordre des mots : commencer par le sujet "tout" + première partie de la négation + verbe + seconde partie de la négation) pour un sourd. Une amie trouve qu’un sourd a un superpouvoir ( (pas d'espace après ou avant une parenthèse) d’où vient le titre de notre roman graphique : super-sourde) (un titre commence généralement par une majuscule) : il peut ne pas écouter les autres quand il le souhaite (ponctuation) simplement en éteignant l’appareil auditif. Elle trouve que Cece est un génie.

    Pour moi, le livre est émouvant et éducatif non seulement pour les enfants mais aussi pour nous, les adultes. Souvent, j’ai pleuré en liant (lirant ne convenait pas (ce mot n'existe pas), liant, qui est le participe présent de lier, non plus) quelques incidents qui sont arrivés à Cece. Grâce à ce livre, je comprends mieux la vie d’un sourd, sa bataille et son audace pour surmonter toutes les difficultés pour mener une vie normale comme la nôtre. C’est une chance d’être né sans handicap physique. Souvent, nous considérons que c’est normal de pouvoir entendre, voir, ou avoir des pieds pour marcher… Tout cela n’est pas évident pour une personne handicapée. J’apprécie plus mon corps et à quel point je suis chanceuse d’avoir un physique normal.
    Je félicite aussi la technologie moderne qui permet aux personnes souffrant d'un handicap d’entendre, de marcher et même un jour de participer au (mieux : de pratiquer un) sport comme nous les (vous pouvez garder "les", qui représente "personnes', mais je pensais à "le", , qui reprend "pratiquer un sport")voyons aux Jeux Paralympics (orthographe à corriger, en tenant compte de l'orthographe de Jeux olympiques : noter que "jeux" prend une majuscule et que "olympiques" ne devrait pas en prendre) .
    Vous pouvez trouver le participe présent de lire à la fin de cette page : Lien internet
    Bonne correction !



    Réponse : Super-sourde de lefuongthuy, postée le 17-06-2018 à 09:48:30 (S | E)
    Bonjour jij33,
    Merci beaucoup pour votre lecture attentive. Voici la correction:

    A l’école, en plus des matières comme mathématiques, littérature, expression écrite, notre pauvre petite fille doit assister aussi au cours de lecture labiale. Cela veut dire lire sur les lèvres en accompagnement des gestes, du contexte et des indices visuels. Même avec ces techniques, il est souvent impossible de lire sur les lèvres ou de voir les gestes quand il fait nuit, ou quand l’interlocuteur tourne le dos en parlant, ou quand il écoute quelqu’un à la radio sans pouvoir le regarder, ou simplement quand la personne en face porte une moustache. Quand les autres camarades écoutent la radio et se mettent à rire, elle fait semblant de rire aussi pour ne pas paraître différente. Un enfant de son âge devrait être très excité de découvrir le monde autour de lui et de se connaître lui-même. Mais ce handicap fait tellement souffrir notre petite fille innocente ! Les élèves se comportent différemment avec elle par gentillesse, par curiosité ou par pitié. Et elle, pour être acceptée dans le groupe, fait semblant d’être « cool », cache ses angoisses et ne montre pas ses vrais sentiments ou ses vraies pensées. Elle se sent frustrée de ne pas pouvoir dire à sa meilleure amie que ce n’est pas la peine de crier pour qu’elle la comprenne. Pour un sourd, ce n’est pas le volume du son qui pose problème. Ou quand elle fait une soirée pyjama chez une amie et quand la nuit tombe, les autres filles éteignent la lumière et continuent à bavarder, mais en l’absence de gestes et d’indices visuels, notre fillette ne comprend rien. Elle est très déçue et la soirée très attendue devient très longue pour elle.

    Mais tout n’est pas toujours mauvais pour un sourd. Une amie trouve qu’un sourd a un superpouvoir (d’où vient le titre de notre roman graphique: Super-sourde): il peut ne pas écouter les autres quand il le souhaite, simplement en éteignant l’appareil auditif. Elle trouve que Cece est un génie.

    Pour moi, le livre est émouvant et éducatif non seulement pour les enfants mais aussi pour nous, les adultes. Souvent, j’ai pleuré en lisant quelques incidents qui sont arrivés à Cece. Grâce à ce livre, je comprends mieux la vie d’un sourd, sa bataille et son audace pour surmonter toutes les difficultés pour mener une vie normale comme la nôtre. C’est une chance d’être né sans handicap physique. Souvent, nous considérons que c’est normal de pouvoir entendre, voir, ou avoir des pieds pour marcher… Tout cela n’est pas évident pour une personne handicapée. J’apprécie plus mon corps et à quel point je suis chanceuse d’avoir un physique normal.

    Je félicite aussi la technologie moderne qui permet aux personnes souffrant d'un handicap d’entendre, de marcher et même un jour de pratiquer un sport comme nous le voyons aux Jeux paralympiques.




    Réponse : Super-sourde de jij33, postée le 17-06-2018 à 10:17:36 (S | E)
    lefuongthuy ! Il manque encore une ou deux espaces avant les signes deux-points ou point-virgule, mais peu importe. Votre texte est tout à fait correct et intéressant !
    Bon dimanche.




    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    Cours gratuits > Forum > Apprendre le français










    Partager : Facebook / Google+ / Twitter / ... 


    > INDISPENSABLES : TESTEZ VOTRE NIVEAU | GUIDE DE TRAVAIL | NOS MEILLEURES FICHES | Les fiches les plus populaires | Une leçon par email par semaine | Aide/Contact

    > COURS ET EXERCICES : Abréviations | Accords | Adjectifs | Adverbes | Alphabet | Animaux | Argent | Argot | Articles | Audio | Auxiliaires | Chanson | Communication | Comparatifs/Superlatifs | Composés | Conditionnel | Confusions | Conjonctions | Connecteurs | Contes | Contraires | Corps | Couleurs | Courrier | Cours | Dates | Dialogues | Dictées | Décrire | Démonstratifs | Ecole | Etre | Exclamations | Famille | Faux amis | Français Langue Etrangère / Langue Seconde |Films | Formation | Futur | Fêtes | Genre | Goûts | Grammaire | Grands débutants | Guide | Géographie | Heure | Homonymes | Impersonnel | Infinitif | Internet | Inversion | Jeux | Journaux | Lettre manquante | Littérature | Magasin | Maison | Majuscules | Maladies | Mots | Mouvement | Musique | Mélanges | Méthodologie | Métiers | Météo | Nature | Nombres | Noms | Nourriture | Négations | Opinion | Ordres | Orthographe | Participes | Particules | Passif | Passé | Pays | Pluriel | Politesse | Ponctuation | Possession | Poèmes | Pronominaux | Pronoms | Prononciation | Proverbes | Prépositions | Présent | Présenter | Quantité | Question | Relatives | Sports | Style direct | Subjonctif | Subordonnées | Synonymes | Temps | Tests de niveau | Tous/Tout | Traductions | Travail | Téléphone | Vidéo | Vie quotidienne | Villes | Voitures | Voyages | Vêtements

    > NOS AUTRES SITES GRATUITS : Cours mathématiques | Cours d'espagnol | Cours d'allemand | Cours de français | Cours de maths | Outils utiles | Bac d'anglais | Learn French | Learn English | Créez des exercices

    > INFORMATIONS : Copyright - En savoir plus, Aide, Contactez-nous [Conditions d'utilisation] [Conseils de sécurité] [Plan du site] Reproductions et traductions interdites sur tout support (voir conditions) | Contenu des sites déposé chaque semaine chez un huissier de justice | Mentions légales / Vie privée / Cookies.
    | Cours et exercices de français 100% gratuits, hors abonnement internet auprès d'un fournisseur d'accès.