Accueil du site pour apprendre le français Créer un test / 1 leçon par semaine
Connectez-vous !

Cliquez ici pour vous connecter
Nouveau compte
4 millions de comptes créés

100% gratuit !
[Avantages]

  • Accueil
  • Accès rapides
  • Imprimer
  • Livre d'or
  • Plan du site
  • Recommander
  • Signaler un bug
  • Faire un lien

  • Comme des milliers de personnes, recevez gratuitement chaque semaine une leçon de français !





    > Publicités :




    > Recommandés:
    -Jeux gratuits
    -Nos autres sites
       



    Correction d'un récit

    Cours gratuits > Forum > Apprendre le français || En bas

    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    Correction d'un récit
    Message de emmadsr posté le 03-05-2014 à 11:55:10 (S | E | F)
    Bonjour/Bonsoir
    Pour la rentrée je dois rentre une partie d'un récit et j'aimerais bien qu'il soit le plus lisible possible Pour ce faire il faut que je corrige mes fautes, après avoir fait des vérifications je me tourne vers vous.
    Pourriez vous m'aidez à le corriger ? S'il vous plaît
    Merci d'avance et bonne journée !

    Il s’appelait Pierre, ce jour là il était au bar du coin, à boire un café, le soleil embaumait la place et il était accompagné d'une de ses amies d'enfance, Juliette. Cela faisait quelques heures qu'ils papotaient, de tout et de rien. Ces deux amis avaient pour habitude de se retrouver ici, au Harry's bar. Et là, Pierre reçu un appel, c'était Thomas Lecoutro, son supérieur. Il lui demanda de le rejoindre en vitesse au poste de police, à Via Circonvallazione. Sa voix tremblait et il semblait paniquer, une goutte de sueur trempa la chemise de Pierre. Il s'excusa au près de Juliette, lui fit la bise et fila en vitesse le rejoindre. Il s’empressa de démarrer sa voiture et pensa combien il était heureux de faire un métier tel que celui ci, il était tellement pressé de faire une deuxième enquête.

    Au bout d'un quart d'heure de route il arriva au poste, il vit en entrant une jeune fille et un jeune homme, ils semblaient bouleversés, la jeune fille baissait les yeux et le jeune homme avait ses bras autour de son cou. Puis arriva Thomas, qui, à peine eut le temps de dire bonjour à Pierre, annonça le meurtre d'une jeune femme d'une trentaine d'année, morte éventrée hier soir. Il lui montra la totalité des rapports qui concernait le meurtre, le criminel lui était totalement inconnue, aussi bien son sexe, que son âge. Avec si peu d’élément Thomas n'était que très peu confiant, en revanche il reprocha à Pierre d'être calme. Il lui répondit que cela ne servait à rien de s'affoler et qu'il valait mieux se concentrer sur les choses essentielles de l'enquête. Il se tut et se dirigea vers la sortie Aux environs de 16h30, ils étaient arrivés au Ca'd'Oro, là où s'était déroulé le meurtre. Sur place, se trouvait la brigade de police, l'inspecteur Lecoutro alla demander à l'un d'entre eux s'ils avaient trouvés des informations supplémentaires qui pourraient faire avancer l'enquête, Pierre ne savait pas exactement ce qu'il répondit mais cela semblait être une réponse négative. Thomas prit par le bras Pierre et l'emmena à l'emplacement du corps. La vision du sang n'avait jamais fait peur à Pierre, mais là en revanche, la victime était décapitée, son estomac était à sa droite, ses reins à sa gauche et à la vue de son intestin entremêlé de sang et de boyaux donna un haut le cœur à Pierre. xxxx Horrifiés par la scène de crime, Thomas et Pierre regardaient dans le vide. Son supérieur sortit de sa poche un appareil photo, et photographia le corps. Ce dernier avait pourtant l'habitude de voir de telle scène, mais prit tout de même un moment pour s’asseoir. Après une heure d'inspection des lieux. Le médecin légiste entra dans le bureau de Pierre puis lui donna les photos de la scène de crime, afin qu'il puisse y jeter un coup d’œil avant de rentré chez lui. Pendant environ quarante cinq minutes, il analysa chaque petits détails des images qui lui ont été confié. Il était vingt et une heure vingt cinq, le poste de police était vide, Pierre se sentait faible, la journée avait été dur il décida de rentrer chez lui. Il alluma une cigarette et prit sa voiture, sa maison était à environ vingt minutes du poste. Pierre passa près d'un fast-food et s’arrêta pour manger un peu. Un quart d'heure plus tard il sortit et prit la voiture pour rentré. Arrivé en bas de son appartement, il prit l'ascenseur. Il entra, son chien Ever, qui l'attendait au seuil de la porte, lui sauta dessus. Les yeux de Pierre commençait à se fermer alors il décida d'aller dormir.

    Le réveil sonna il était huit heure trente. Il eu a peine le temps de prendre un café qu'il partit au poste. Arrivé, Thomas lui raconta la suite de l'enquête, mais en vérité, elle n'avait pas vraiment avancée, et ce à son plus grand regret. Aujourd'hui Thomas et Pierre allaient interrogé les proches de la victime. Ils se trouvaient dans une salle, ces deux acolytes étaient assis en face des deux sœurs de la victime.
    -------------------
    Modifié par bridg le 03-05-2014 12:09
    retrait de détails non publiables



    Réponse: Correction d'un récit de bridg, postée le 03-05-2014 à 13:24:50 (S | E)

    Bonjour.
    Dans l'ensemble, évitez de faire des phrases trop longues avec des charnières douteuses. Mettez en ordre correct les idées. En réfléchissant un peu vous pouvez combiner vos idées de façon plus harmonieuses. voyons la première phrase :
    Il s’appelait Pierre -> c'est inutile.
    En groupant vos idées ça pourrait donner :
    Ce jour-là le soleil innondait la place. Installé au Harry's bar, Pierre buvait un café en compagnie de Juliette, son amie d'enfance.
    1/ vous plantez le décor - 2/ vous y placez les personnages - 3/ vous dites ce que font les personnages -


    Je reprends une correction classique, mais tout votre texte est à refonder.


    Il s’appelait Pierre, (où mettre un point ou mettre 'et') ce jour là il était au bar du
    coin, à boire (peut être mieux formulé) un café,(mettre un point et recommencer une phrase) le soleil embaumait (le soleil n'a pas d'odeur - mauvais mot) la place (et)(mettre un point et recommencer une phrase) il était
    accompagné d'une de ses amies d'enfance, Juliette.


    Cela faisait quelques
    heures qu'ils papotaient, de tout et de rien. Ces (mettre un article défini) deux amis avaient
    pour habitude de se retrouver ici, au Harry's bar (Cette idée doit être placée avant la phrase précédents et vous êtes censée avoir déjà présenté le café avant et donné son nom).
    Et là,(mal dit) Pierre reçu un
    appel (mettre un point et recommencer une phrase) c'était Thomas Lecoutro, son supérieur. Il lui demanda (mettre de l'imparfait) de le
    rejoindre en vitesse (dans ce contexte on dit 'au plus vite) au poste de police, à ???  Via Circonvallazione. Sa voix
    tremblait et il semblait paniquer (vous changez d'idée, vous changez de phrase), une goutte de sueur trempa la
    chemise de Pierre. Il s'excusa au près de Juliette, lui fit la bise et
    fila en vitesse le rejoindre. Il s’empressa de démarrer sa voiture et
    pensa combien il était heureux de faire un métier tel que celui ci, il
    était tellement pressé de faire une deuxième enquête.

    Au bout d'un quart d'heure de route il arriva au poste (vous changez d'idée, vous changez de phrase), il vit en
    entrant (inversez ces deux actions) une jeune fille et un jeune homme, ils (Mettre un pronom relatif) semblaient bouleversés,(recommencez une autre phrase) la jeune fille baissait les yeux et le jeune homme avait ses bras autour
    de son cou. Puis arriva Thomas(inverser le sujet et le verbe et mettre un point pour recommencer une phrase), qui, à peine eut le temps de dire (mettre le participe passé) bonjour à Pierre, (mettre le sujet et un pronom complément) annonça le meurtre d'une jeune femme d'une trentaine
    d'année, morte éventrée hier soir. Il lui montra la totalité des
    rapports qui concernait (accord) le meurtre,(mettre un point et recommencer une phrase) le criminel lui était totalement
    inconnue (accord), aussi bien son sexe, que son âge. Avec si peu d’élément Thomas
    n'était que très peu confiant, en revanche (mettre une conjonction de coordination) il reprocha à Pierre d'être
    calme. Il ('il' ? C'est qui ?) lui répondit que cela ne servait à rien de s'affoler et qu'il
    valait mieux se concentrer sur les choses essentielles de l'enquête. Il
    se tut et se dirigea vers la sortie(mettre toute cette phrase au pluriel et terminer par un point) 


    Aux environs de 16h30, ils étaient
    arrivés au Ca'd'Oro, là où s'était déroulé le meurtre. Sur place, se
    trouvait la brigade de police (inverser complètement les élements de cette phrase et mettre un point)  L'inspecteur Lecoutro alla demander à
    l'un d'entre eux (ça ne veut rien dire. Mettre un pronom complément pluriel et simplement le verbe au passé simple) s'ils avaient trouvés des informations supplémentaires
    qui pourraient faire avancer l'enquête,(recommencez une phrase ici) Pierre ne savait pas exactement
    ce qu'il répondit mais cela semblait être une réponse négative. Thomas (mettre un pronom complément pour remplacer Pierre) prit par le bras Pierre et l'emmena à l'emplacement du corps. La vision
    du sang n'avait jamais fait peur à Pierre, mais là en revanche, la
    victime était décapitée (c'est éventrée, pas décapitée), son estomac était à sa droite, ses reins à sa
    gauche, et à la vue de son intestin entremêlé (ça ne veut rien dire) de sang et de boyaux. La vue de ce tableau lui donna
    un haut le cœur à Pierre. 


    Horrifiés par la scène de crime,
    Thomas et Pierre regardaient dans le vide. Son (ils sont deux !) supérieur sortit de sa
    poche un appareil photo, et photographia le corps. Ce dernier avait
    pourtant l'habitude de voir de telle scène (pluriel), mais prit tout de même un
    moment pour s’asseoir. Après une heure d'inspection des lieux.(Pourquoi mettre-vous un point final ici ? ) le
    médecin légiste (entra dans le bureau de Pierre puis) (ce détail est totalement illogique puisqu'ils sont sur le scène de crime et non au bureau) lui donna les photos
    de la scène de crime afin qu'il puisse y jeter un coup d’œil avant de
    rentré (accord) chez lui. Pendant environ quarante cinq minutes, il analysa
    chaque petits détails (il y a "chaque", il faut donc du singulier) des images qui lui ont été confié (accord).


    Il était vingt
    et une heure vingt cinq, le poste de police était vide (terminer cette phrase et en recommencer une autre) Pierre se
    sentait faible, la journée avait été dur(accord et terminer cette phrase pour en recommencer une autre) il décida de rentrer chez lui.
    Il alluma une cigarette et prit sa voiture,terminer cette phrase pour en recommencer une autre) sa maison était à environ
    vingt minutes du poste. Pierre passa près d'un fast-food et s’arrêta
    pour manger un peu. Un quart d'heure plus tard il sortit et prit la
    voiture pour rentré (accord + l'idée est inutile, on se doute qu'il reprend sa voiture puisqu'il est arrivé en voiture). Arrivé en bas de son appartement,il prit
    l'ascenseur.
    (ça ne veut rien dire) 
    Il entra dans l'appartement. Son chien Ever, qui l'attendait au (mauvaise préposition) seuil de la
    porte et lui sauta dessus. Les yeux de Pierre commençait(accord) à se fermer alors
    il décida d'aller dormir.

    Le réveil sonna il était huit heure trente. Il eu (conjugaison) a (accent) peine le temps de
    prendre un café qu'il partit au poste. Arrivé, Thomas lui raconta la
    suite de l'enquête, mais en vérité, elle n'avait pas vraiment avancée(accord),
    et ce (virgule) à son plus grand regret. Aujourd'hui Thomas et Pierre allaient
    interrogé (accord) les proches de la victime. Ils se trouvaient dans une salle,
    ces deux acolytes  (mal formulé, ça ne veut rien dire) étaient assis en face des deux sœurs de la victime.





    Réponse: Correction d'un récit de emmadsr, postée le 03-05-2014 à 21:49:36 (S | E)
    Merci !

    Ce jour-là le soleil inondait la place. Installé au Harry's bar, Pierre buvait un café en compagnie de Juliette, son amie d'enfance. Cela faisait quelques heures qu'ils papotaient, de tout et de rien. Pierre reçu un appel. C'était Thomas Lecoutro, son supérieur. Il lui demandait de le rejoindre au plus vite, au poste de police de Via Circonvallazione. Sa voix tremblait et il semblait paniquer. Une goutte de sueur trempa la chemise de Pierre. Il s'excusa au près de Juliette, lui fit la bise et fila en vitesse le rejoindre. Il s’empressa de démarrer sa voiture et pensa combien il était heureux de faire un métier tel que celui ci, il était tellement pressé de faire une deuxième enquête. 

    Au bout d'un quart d'heure de route il arriva au poste et vit une jeune fille et un jeune homme, qui semblaient bouleversés. La jeune fille baissait les yeux et le jeune homme avait ses bras autourde son cou. Puis Thomas arriva. Ce dernier, à peine eut le temps de d'avoir dit bonjour à Pierre, qu'il annonça le meurtre d'une jeune femme d'une trentaine d'année, morte éventrée hier soir. Il lui montra la totalité des rapports qui concernaient le meurtre. Le criminel lui était totalement 
    inconnu, aussi bien son sexe, que son âge. Avec si peu d’élément Thomas n'était que très peu confiant, mais il reprocha à Pierre d'être calme. L'assistant lui répondit que cela ne servait à rien de s'affoler et qu'il valait mieux se concentrer sur les choses essentielles de l'enquête. Ils se tuent et se dirigèrent vers la sortie.

    Aux environs de 16h30, ils étaient arrivés au Ca'd'Oro, là où s'était déroulé le meurtre. L'inspecteur Lecoutro alla voir la brigade de police qui se trouvait sur place. Il leur demanda des informations supplémentaire sur l'enquête. Thomas prit par le bras son assistant et l'emmena à l'emplacement du corps. La vision du sang n'avait jamais fait peur à Pierre, mais là en revanche, la 
    victime était éventré, son estomac était à sa droite, ses reins à sa gauche. La vue de ce tableau lui donna  un haut le cœur.

    Horrifiés par la scène de crime, Thomas et Pierre regardaient dans le vide. Le supérieur sortit de sa poche un appareil photo, et photographia le corps. Ce dernier avait pourtant l'habitude de voir de telles scènes, mais prit tout de même un moment pour s’asseoir. Après une heure d'inspection des lieux, le 
    médecin légiste donna les photos de la scène de crime afin que Lecoutro puisse y jeter un coup d’œil. Il repartit au poste et pendant environ quarante cinq minutes, il analysa chaque petit détail des images qui lui ont été confiées.



    Il était vingt et une heure vingt cinq, le poste de police était vide. Pierre se sentait faible, la journée avait été dur. Il décida de rentrer chez lui. Il alluma une cigarette et prit sa voiture. Sa maison était à environ vingt minutes du poste. Pierre passa près d'un fast-food et s’arrêta pour manger un peu. Un quart d'heure plus tard il rentra chez lui. Arrivé à l'entrer de son appartement, son chien Ever qui l'attendait sur le seuil de la porte, lui sauta dessus. Les yeux de Pierre commençaient à se fermer alors il décida d'aller dormir. 

    Le réveil sonna il était huit heure trente. Il eut à peine le temps de prendre un café qu'il partit au poste. Arrivé, Thomas lui raconta la suite de l'enquête, mais en vérité, elle n'avait pas vraiment avancée et ce, à son plus grand regret. Aujourd'hui Thomas et Pierre allaient interrogés les proches de la victime. Ils se trouvaient dans une salle, Pierre et son acolyte étaient assis en face des deux sœurs de la victime.









    Réponse: Correction d'un récit de jade09, postée le 03-05-2014 à 22:06:44 (S | E)
    Bonjour,
    j'ai un doute sur cette phrase :
    Il s'excusa au près de Juliette.

    Est-il correct d'écrire? :
    Il s'excusa auprès de Juliette.

    Merci



    Réponse: Correction d'un récit de jij33, postée le 04-05-2014 à 18:34:11 (S | E)
    Bonjour
    Ce jour-là le soleil inondait la place. Installé au Harry's bar, Pierre buvait un café en compagnie de Juliette, son amie d'enfance. Cela faisait quelques heures qu'ils papotaient, de tout et de rien. Pierre reçu (verbe conjugué, et non participe) un appel. C'était Thomas Lecoutro, son supérieur. Il lui demandait de le rejoindre au plus vite, au poste de police de Via Circonvallazione. Sa voix tremblait et il semblait paniquer (ici, c'est un participe employé comme adjectif). Une goutte de sueur trempa la chemise de Pierre. Il s'excusa au près de Juliette, lui fit la bise et fila en vitesse le rejoindre. Il s’empressa de démarrer sa voiture et pensa combien il était heureux de faire un métier tel que celui(trait d'union)ci, (remplacer la virgule par les deux-points) il était tellement pressé de faire une deuxième enquête.

    Au bout d'un quart d'heure de route (virgule) il arriva au poste et vit une jeune fille et un jeune homme, qui semblaient bouleversés. La jeune fille baissait les yeux et le jeune homme avait ses bras autourde (en deux mots) son cou. Puis Thomas arriva. Ce dernier, à peine eut (supprimer la virgule, placer le verbe avant "à peine", et "prendre le temps" conviendrait mieux qu'"avoir le temps") le temps de d'avoir dit (verbe à l'infinitif présent, et non passé) bonjour à Pierre, qu'il (remplacer par une conjonction de coordination) annonça le meurtre d'une jeune femme d'une trentaine d'année (pluriel), morte éventrée hier (dans un récit écrit, coupé de la situation d'énonciation, on emploie "la veille au soir". "Hier soir" est ancré dans la situation d'énonciation) soir. Il lui montra la totalité des rapports qui concernaient le meurtre. Le criminel lui était totalement
    inconnu, aussi bien son sexe, que son âge. Avec si peu d’élément (pluriel) Thomas n'était que très peu confiant, mais il reprocha à Pierre d'être calme. L'assistant lui répondit que cela ne servait à rien de s'affoler et qu'il valait mieux se concentrer sur les choses essentielles de l'enquête. Ils se tuent (verbe se taire, et non se tuer !) et se dirigèrent vers la sortie.

    Aux environs de 16h30, ils étaient arrivés au Ca'd'Oro (si vous situez l'action en Italie, dites la Ca d'Oro,"ca" étant le diminutif de "casa" en vénitien), là où s'était déroulé le meurtre. L'inspecteur Lecoutro alla voir la brigade de police qui se trouvait sur place. Il leur demanda des informations supplémentaire (accord) sur l'enquête. Thomas prit par le bras (à déplacer après "assistant") son assistant et l'emmena à l'emplacement (pourquoi pas "auprès" ?) du corps. La vision du sang n'avait jamais fait peur à Pierre, mais là en revanche, la victime était éventré (accord), son estomac était à sa droite, ses reins à sa gauche. La vue de ce tableau lui donna un haut le cœur.
    La suite un peu plus tard !



    Réponse: Correction d'un récit de jij33, postée le 04-05-2014 à 18:53:10 (S | E)
    Horrifiés par la scène de crime, Thomas et Pierre regardaient dans le vide. Le supérieur sortit de sa poche un appareil photo, et photographia le corps. Ce dernier avait pourtant l'habitude de voir de telles scènes, mais prit tout de même un moment pour s’asseoir. Après une heure d'inspection des lieux, le
    médecin légiste donna les photos de la scène de crime afin que Lecoutro puisse y jeter un coup d’œil. Il repartit au poste et pendant environ quarante(trait d'union)cinq minutes, il analysa chaque petit détail des images qui lui ont été confiées (plus-que-parfait passif, et non passé composé passif).

    Il était vingt et une heure vingt(trait d'union)cinq, le poste de police était vide. Pierre se sentait faible, la journée avait été dur (accord, mais difficile ou pénible seraient préférables). Il décida de rentrer chez lui. Il alluma une cigarette et prit sa voiture. Sa maison était à environ vingt minutes du poste. Pierre passa près d'un fast-food et s’arrêta pour manger un peu. Un quart d'heure plus tard il rentra chez lui. Arrivé à l'entrer de son appartement (phrase grammaticalement mal construite : "arrivé" est apposé à "son chien Ever". Remplacer par une subordonnée conjonctive de temps), son chien Ever (virgule) qui l'attendait sur le seuil de la porte, lui sauta dessus. Les yeux de Pierre commençaient à se fermer (virgule) alors il décida d'aller dormir.

    Le réveil sonna il était (à remplacer par une préposition) huit heure trente. Il eut à peine le temps de prendre un café qu'il (tel que vous l'employez, à "peine que" est incorrect : à remplacer par "et") partit au poste. Arrivé (même remarque : c'est Pierre qui arrive et non Thomas), Thomas lui raconta la suite de l'enquête, mais en vérité, elle n'avait pas vraiment avancée (accord du participe employé avec l'auxiliaire avoir) et ce (inutile : à supprimer), à son plus grand regret. Aujourd'hui Thomas et Pierre allaient interrogés les proches de la victime. Ils se trouvaient dans une salle, Pierre et son acolyte (ce mot ne convient pas : un acolyte, c'est quelqu'un qui est complice dans l'accomplissement de mauvaises actions. Est-ce bien ce que vous avez voulu dire ?) étaient assis en face des deux sœurs de la victime.

    A vous de jouer !



    Réponse: Correction d'un récit de emmadsr, postée le 05-05-2014 à 10:52:03 (S | E)
    Ce jour-là le soleil inondait la place. Installé au Harry's bar, Pierre buvait un café en compagnie de Juliette, son amie d'enfance. Cela faisait quelques heures qu'ils papotaient, de tout et de rien. Pierre reçut un appel. C'était Thomas Lecoutro, son supérieur. Il lui demandait de le rejoindre au plus vite, au poste de police de Via Circonvallazione. Sa voix tremblait et il semblait paniqué. Une goutte de sueur trempa la chemise de Pierre. Il s'excusa auprès de Juliette, lui fit la bise et fila en vitesse le rejoindre. Il s’empressa de démarrer sa voiture et pensa combien il était heureux de faire un métier tel que celui-ci : il était tellement pressé de faire une deuxième enquête. 

    Au bout d'un quart d'heure de route, il arriva au poste et vit une jeune fille et un jeune homme, qui semblaient bouleversés. La jeune fille baissait les yeux et le jeune homme avait ses bras autour de son cou. Puis Thomas arriva. Ce dernier prit à peine le temps de dire bonjour à Pierre, qu'il(remplacer par une conjonction de coordination : je ne vois pas laquelle mettre..) annonça le meurtre d'une jeune femme d'une trentaine d'années, morte éventrée la veille au soir. Il lui montra la totalité des rapports qui concernaient le meurtre. Le criminel lui était totalement 
    inconnu, aussi bien son sexe, que son âge. Avec si peu d’éléments Thomas n'était que très peu confiant, mais il reprocha à Pierre d'être calme. L'assistant lui répondit que cela ne servait à rien de s'affoler et qu'il valait mieux se concentrer sur les choses essentielles de l'enquête. Ils se turent et se dirigèrent vers la sortie.

    Aux environs de 16h30, ils étaient arrivés à la Ca'd'Oro, là où s'était déroulé le meurtre. L'inspecteur Lecoutro alla voir la brigade de police qui se trouvait sur place. Il leur demanda des informations supplémentaires sur l'enquête. Thomas prit son assistant par le bras  et l'emmena aurprès du corps. La vision du sang n'avait jamais fait peur à Pierre, mais là en revanche, la victime était éventrée , son estomac était à sa droite, ses reins à sa gauche. La vue de ce tableau lui donna un haut le cœur. 


    Horrifiés par la scène de crime, Thomas et Pierre regardaient dans le vide. Le supérieur sortit de sa poche un appareil photo, et photographia le corps. Ce dernier avait pourtant l'habitude de voir de telles scènes, mais prit tout de même un moment pour s’asseoir. Après une heure d'inspection des lieux, le 
    médecin légiste donna les photos de la scène de crime afin que Lecoutro puisse y jeter un coup d’œil. Il repartit au poste et pendant environ quarante-cinq minutes, il analysa chaque petit détail des images qui lui avait été confiées.
    Il était vingt et une heure vingt-cinq, le poste de police était vide. Pierre se sentait faible, la journée avait été difficile. Il décida de rentrer chez lui. Il alluma une cigarette et prit sa voiture. Sa maison était à environ vingt minutes du poste. Pierre passa près d'un fast-food et s’arrêta pour manger un peu. Un quart d'heure plus tard il rentra chez lui. Il ouvrit la porte. Son chien Ever, qui l'attendait sur le seuil de la porte, lui sauta dessus. Les yeux de Pierre commençaient à se fermer, alors il décida d'aller dormir. 

    Le réveil sonna à huit heure trente. Il eut à peine le temps de prendre un café et partit au poste. Pierre arriva. Thomas lui raconta la suite de l'enquête, mais en vérité, elle n'avait pas vraiment avancé, à son plus grand regret. Aujourd'hui Thomas et Pierre allaient interrogé les proches de la victime. Ils se trouvaient dans une salle, Pierre et son supérieur étaient assis en face des deux sœurs de la victime.


    Merci beaucoup



    Réponse: Correction d'un récit de jij33, postée le 05-05-2014 à 12:01:00 (S | E)
    Bonjour emmadsr
    quelle amélioration !

    Ce jour-là le soleil inondait la place. Installé au Harry's bar, Pierre buvait un café en compagnie de Juliette, son amie d'enfance. Cela faisait quelques heures qu'ils papotaient, de tout et de rien. Pierre reçut un appel. C'était Thomas Lecoutro, son supérieur. Il lui demandait de le rejoindre au plus vite, au poste de police de Via Circonvallazione. Sa voix tremblait et il semblait paniqué. Une goutte de sueur trempa la chemise de Pierre. Il s'excusa auprès de Juliette, lui fit la bise et fila en vitesse le rejoindre. Il s’empressa de démarrer sa voiture et pensa combien il était heureux de faire un métier tel que celui-ci : il était tellement pressé de faire une deuxième enquête. (Point d'exclamation)

    Au bout d'un quart d'heure de route, il arriva au poste et vit une jeune fille et un jeune homme, qui semblaient bouleversés. La jeune fille baissait les yeux et le jeune homme avait ses bras autour de son cou. Puis Thomas arriva. Ce dernier prit à peine le temps de dire bonjour à Pierre, (qu'il(remplacer par une conjonction de coordination : je ne vois pas laquelle mettre..)) et (tout simplement ! ) annonça le meurtre d'une jeune femme d'une trentaine d'années, morte éventrée la veille au soir. Il lui montra la totalité des rapports qui concernaient le meurtre. Le criminel lui était totalement inconnu, aussi bien son sexe, que son âge. Avec si peu d’éléments Thomas n'était que très peu confiant, mais il reprocha à Pierre d'être calme. L'assistant lui répondit que cela ne servait à rien de s'affoler et qu'il valait mieux se concentrer sur les choses essentielles de l'enquête. Ils se turent et se dirigèrent vers la sortie.

    Bonne fin de correction.
    Aux environs de 16h30, ils étaient arrivés à la Ca'd'Oro, là où s'était déroulé le meurtre. L'inspecteur Lecoutro alla voir la brigade de police qui se trouvait sur place. Il leur demanda des informations supplémentaires sur l'enquête. Thomas prit son assistant par le bras et l'emmena aurprès (faute de frappe) du corps. La vision du sang n'avait jamais fait peur à Pierre, mais là en revanche, la victime était éventrée , son estomac était à sa droite, ses reins à sa gauche. La vue de ce tableau lui donna un haut le cœur (j'ai oublié de vous signaler qu'il manque deux traits d'union).

    Horrifiés par la scène de crime, Thomas et Pierre regardaient dans le vide. Le supérieur sortit de sa poche un appareil photo, et photographia le corps. Ce dernier avait pourtant l'habitude de voir de telles scènes, mais prit tout de même un moment pour s’asseoir. Après une heure d'inspection des lieux, le
    médecin légiste donna les photos de la scène de crime afin que Lecoutro puisse y jeter un coup d’œil. Il repartit au poste et pendant environ quarante-cinq minutes, il analysa chaque petit détail des images qui lui avait été confiées.
    Il était vingt et une heure vingt-cinq, le poste de police était vide. Pierre se sentait faible, la journée avait été difficile. Il décida de rentrer chez lui. Il alluma une cigarette et prit sa voiture. Sa maison était à environ vingt minutes du poste. Pierre passa près d'un fast-food et s’arrêta pour manger un peu. Un quart d'heure plus tard il rentra chez lui. Il ouvrit la porte. Son chien Ever, qui l'attendait sur le seuil de la porte, lui sauta dessus. Les yeux de Pierre commençaient à se fermer, alors il décida d'aller dormir.

    Le réveil sonna à huit heure trente. Il eut à peine le temps de prendre un café et partit au poste. Pierre arriva. Thomas lui raconta la suite de l'enquête, mais en vérité, elle n'avait pas vraiment avancé, à son plus grand regret. Aujourd'hui Thomas et Pierre allaient interrogé (quand deux verbes se suivent, le second est à l'infinitif : je suis sûre que vous le saviez... Thomas et Pierre allaient venir !) les proches de la victime. Ils se trouvaient dans une salle, Pierre et son supérieur étaient assis en face des deux sœurs de la victime.

    Bonne fin de correction







    Réponse: Correction d'un récit de emmadsr, postée le 05-05-2014 à 19:08:03 (S | E)
    Ce jour-là le soleil inondait la place. Installé au Harry's bar, Pierre buvait un café en compagnie de Juliette, son amie d'enfance. Cela faisait quelques heures qu'ils papotaient, de tout et de rien. Pierre reçut un appel. C'était Thomas Lecoutro, son supérieur. Il lui demandait de le rejoindre au plus vite, au poste de police de Via Circonvallazione. Sa voix tremblait et il semblait paniqué. Une goutte de sueur trempa la chemise de Pierre. Il s'excusa auprès de Juliette, lui fit la bise et fila en vitesse le rejoindre. Il s’empressa de démarrer sa voiture et pensa combien il était heureux de faire un métier tel que celui-ci : il était tellement pressé de faire une deuxième enquête !

    Au bout d'un quart d'heure de route, il arriva au poste et vit une jeune fille et un jeune homme, qui semblaient bouleversés. La jeune fille baissait les yeux et le jeune homme avait ses bras autour de son cou. Puis Thomas arriva. Ce dernier prit à peine le temps de dire bonjour à Pierre,  et annonça le meurtre d'une jeune femme d'une trentaine d'années, morte éventrée la veille au soir. Il lui montra la totalité des rapports qui concernaient le meurtre. Le criminel lui était totalement inconnu, aussi bien son sexe, que son âge. Avec si peu d’éléments Thomas n'était que très peu confiant, mais il reprocha à Pierre d'être calme. L'assistant lui répondit que cela ne servait à rien de s'affoler et qu'il valait mieux se concentrer sur les choses essentielles de l'enquête. Ils se turent et se dirigèrent vers la sortie.


    Aux environs de 16h30, ils étaient arrivés à la Ca'd'Oro, là où s'était déroulé le meurtre. L'inspecteur Lecoutro alla voir la brigade de police qui se trouvait sur place. Il leur demanda des informations supplémentaires sur l'enquête. Thomas prit son assistant par le bras et l'emmena auprès du corps. La vision du sang n'avait jamais fait peur à Pierre, mais là en revanche, la victime était éventrée , son estomac était à sa droite, ses reins à sa gauche. La vue de ce tableau lui donna un haut-le-coeur
    Horrifiés par la scène de crime, Thomas et Pierre regardaient dans le vide. Le supérieur sortit de sa poche un appareil photo, et photographia le corps. Ce dernier avait pourtant l'habitude de voir de telles scènes, mais prit tout de même un moment pour s’asseoir. Après une heure d'inspection des lieux, le 
    médecin légiste donna les photos de la scène de crime afin que Lecoutro puisse y jeter un coup d’œil. Il repartit au poste et pendant environ quarante-cinq minutes, il analysa chaque petit détail des images qui lui avait été confiées.
    Il était vingt et une heure vingt-cinq, le poste de police était vide. Pierre se sentait faible, la journée avait été difficile. Il décida de rentrer chez lui. Il alluma une cigarette et prit sa voiture. Sa maison était à environ vingt minutes du poste. Pierre passa près d'un fast-food et s’arrêta pour manger un peu. Un quart d'heure plus tard il rentra chez lui. Il ouvrit la porte. Son chien Ever, qui l'attendait sur le seuil de la porte, lui sauta dessus. Les yeux de Pierre commençaient à se fermer, alors il décida d'aller dormir. 

    Le réveil sonna à huit heure trente. Il eut à peine le temps de prendre un café et partit au poste. Pierre arriva. Thomas lui raconta la suite de l'enquête, mais en vérité, elle n'avait pas vraiment avancé, à son plus grand regret. Aujourd'hui Thomas et Pierre allaient interroger les proches de la victime. Ils se trouvaient dans une salle, Pierre et son supérieur étaient assis en face des deux sœurs de la victime.

    Et voilà ! Je vous remercie, c'est très gentil !




    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    Cours gratuits > Forum > Apprendre le français










    Partager : Facebook / Twitter / ... 


    > INDISPENSABLES : TESTEZ VOTRE NIVEAU | GUIDE DE TRAVAIL | NOS MEILLEURES FICHES | Les fiches les plus populaires | Une leçon par email par semaine | Aide/Contact

    > COURS ET EXERCICES : Abréviations | Accords | Adjectifs | Adverbes | Alphabet | Animaux | Argent | Argot | Articles | Audio | Auxiliaires | Chanson | Communication | Comparatifs/Superlatifs | Composés | Conditionnel | Confusions | Conjonctions | Connecteurs | Contes | Contraires | Corps | Couleurs | Courrier | Cours | Dates | Dialogues | Dictées | Décrire | Démonstratifs | Ecole | Etre | Exclamations | Famille | Faux amis | Français Langue Etrangère / Langue Seconde |Films | Formation | Futur | Fêtes | Genre | Goûts | Grammaire | Grands débutants | Guide | Géographie | Heure | Homonymes | Impersonnel | Infinitif | Internet | Inversion | Jeux | Journaux | Lettre manquante | Littérature | Magasin | Maison | Majuscules | Maladies | Mots | Mouvement | Musique | Mélanges | Méthodologie | Métiers | Météo | Nature | Nombres | Noms | Nourriture | Négations | Opinion | Ordres | Orthographe | Participes | Particules | Passif | Passé | Pays | Pluriel | Politesse | Ponctuation | Possession | Poèmes | Pronominaux | Pronoms | Prononciation | Proverbes | Prépositions | Présent | Présenter | Quantité | Question | Relatives | Sports | Style direct | Subjonctif | Subordonnées | Synonymes | Temps | Tests de niveau | Tous/Tout | Traductions | Travail | Téléphone | Vidéo | Vie quotidienne | Villes | Voitures | Voyages | Vêtements

    > NOS AUTRES SITES GRATUITS : Cours mathématiques | Cours d'espagnol | Cours d'allemand | Cours de français | Cours de maths | Outils utiles | Bac d'anglais | Learn French | Learn English | Créez des exercices

    > INFORMATIONS : Copyright - En savoir plus, Aide, Contactez-nous [Conditions d'utilisation] [Conseils de sécurité] [Plan du site] Reproductions et traductions interdites sur tout support (voir conditions) | Contenu des sites déposé chaque semaine chez un huissier de justice | Mentions légales / Vie privée / Cookies.
    | Cours et exercices de français 100% gratuits, hors abonnement internet auprès d'un fournisseur d'accès.